Dernières Minutes

Déroulement de la 1ère Session d'épreuve pratique organisée par le CNOV

Epreuve Pratique d’admission  préalable à la réalisation d’actes d’Ostéopathie Animale.

Compte rendu de la première session du 14 décembre 2017.
 
 
Le rendez vous était donné à 8h45 sur le site de l’Ecole vétérinaire de Nantes, ONIRIS.  Après avoir retrouvé 2 autres candidats sur le parking parmi les 10 convoqués, nous avons tourné en rond sur le complexe pour trouver la salle de réunion, pas simple dans ce labyrinthe. 
 
Le représentant du CNOV nous distribue nos badges, nous assistons à un rappel des textes règlementaires, à la présentation du jury et au déroulement de la journée d’examen. 
 
Nous sommes divisés en 2 groupes de 5 candidats répartis alternativement le matin et l’après midi pour l’épreuve carnivores et équidés (pas de bovins choisis par les candidats de cette session). C’est parti dès 9h30, le temps d’attente entre chaque candidat est a fortiori long en fonction de l’ordre de passage.
 
Le jury est composé de Lucile Martin (Oniris, véto ostéo), Patrick Lecollinet (véto ostéo), Pascal Fanuel (CNOV, président du jury), Jean Luc Cadoré (Enseignant-chercheur ENVL), Raphaël Boillot (véto ostéo).
 
Les 10 candidats sont issus de diverses formations (NIAO, EOA, ESAO, IFOREC, ESOAA, CNESOA,…) et pratiquent l’ostéopathie animale de façon exclusive (sauf un KinéDO-ostéo animalier qui conserve un cabinet « humain » en complément).
 
Concernant les animaux présentés en consultation : - les 8 chiens et 2 chats appartiennent à des étudiants vétérinaires, ils sont attribués de façon aléatoire aux candidats, leurs propriétaires assistent à l’examen, il y a donc un motif de consultation et un commémoratif. Les candidats ne choisissent donc pas entre chien et chat. - Les 10 juments sont issues du « troupeau pédagogique » d’ONIRIS, comprenez les cobayes des étudiants pour les échographies gynéco, les injections IM, IV, et autres examens. Aucune information sur ces trotteuses de réforme, qui n’apprécient guère l’examen palpatoire…on comprend pourquoi. Chaque candidat tient le cheval d’une personne examinée et assiste à sa prestation. La météo n’étant pas clémente, nous examinons les juments en stabulation, l’examen visuel dynamique est compliqué, l’orage n’arrange pas les choses. J’ai pu faire part à Lucile Martin, organisatrice, de ces conditions d’examen loin de la réalité de terrain, qui m’a répondu pouvoir probablement y remédier pour les prochaines sessions en faisant appel à un centre équestre proche.
 
Pour chaque espèce, l’épreuve se décompose en 2 parties : 30mn de préparation et 30mn de présentation du cas, de questions du jury, et de réalisation de manipulations.
 
Le jury a été très attentif à n’évaluer les candidats que sur des compétences ostéopathiques et des connaissances anatomiques, mais a été très exigent sur ces points :  - Topographie, insertions musculaires, trajet et physiologie neuro-vasculaire, nomenclature et lois de Fryette, descriptif précis du protocole des différents types de
techniques (directe, indirecte, myo-fasciale,...), orientation des surfaces articulaires, philosophie ostéopathique et culture générale, schéma fonctionnel et chaine lésionnel ostéopathique, diagnostic d’exclusion,… tout cela poussé dans le détail. Ainsi que prise en charge de l’animal, du propriétaire, abord et « contention », recommandations et rédaction d’un compte rendu à la fin de l’intervention, etc.
 
Après avoir exposé notre cas et répondu aux différentes questions, le jury nous autorise à effectuer 1 ou 2 manipulations que nous jugeons nécessaires en argumentant sur les effets escomptés. Les animaux ne sont finalement pas traités totalement mais le jury nous rappelle qu’il s’agit d’évaluer nos compétences, pas d’effectuer une véritable consultation. Cet examen s’apparente donc beaucoup plus à un examen théorique à l’oral, plus qu’une évaluation de notre réelle capacité à traiter nos patients à quatre pattes.
 
Bref, cette épreuve pratique s’est déroulée sereinement mais avec exigence et rigueur, collant au plus près des textes. L’accueil par le personnel et les étudiants d’Oniris était cordial, les échanges avec le jury étaient francs et respectueux. Le timing était serré pour 10 candidats, comment cela se passera-t-il pour 12 ? Je note néanmoins une incompréhension concernant le montant versé par les 10 candidats, 16500€, pour couvrir les frais réels occasionnés par cette journée d’examen.  De plus, je ne pense pas que cet exercice soit simple pour les ostéopathes animaliers exerçant depuis plusieurs années, sortis du cursus étudiant, ayant pour habitude de vulgariser le vocabulaire scientifique pour le rendre accessible aux propriétaires d’animaux.
 
Les résultats seront communiqués par courrier, sous 15 jours, après transmission de l’avis du jury au CNOV. L’inscription sur la liste des personnes autorisées à pratiquer des actes d’ostéopathie animale est automatique en cas de réussite. On nous a laissé entendre que les résultats nous parviendront avant les vacances de Noël…Merry christmas !
 
Alexis LION.